SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

la concrétisation d’un rêve : celui de voyager en Iran.

Avril – Mai 2017

 

La nouvelle deadline est enfin arrivée. Le travail n’a jamais été aussi conséquent. Mes coordinateurs ont vu mon sérieux et mon efficacité sur la dernière deadline. Ils connaissent mes capacités, mes points forts, et me font davantage confiance. Je me retrouve donc avec plus de travail, plus de responsabilités, des taches plus variées. En plus de remplir les applications, je me charge aussi désormais de toute la communication autour de projets Erasmus + : créations et management de groupes facebook, gestion des mails et coordination de la communication entre les organisations partenaires, les participants, les « appliers », sélection de participants géorgiens, création de documents informatifs...

Je me sens de plus en plus confiante dans mon travail, et j’ai pour la première fois la sensation de « connaitre mon travail », savoir ce que j’ai à faire. Je découvre mes propres capacités, compétences et atouts, et apprends à les utiliser, ainsi qu’à dépasser mes faiblesses, seule ou en mettant à profit le travail d’équipe. Mes coordinateurs veulent me voir revenir en Géorgie pour des trainings, et souhaitent retravailler avec moi à l’avenir. Ils me suggèrent même de m’aider à créer ma propre ONG en France et de devenir leur partenaire dans l’organisation et la création de projets Erasmus +

 

Le mois de mai est aussi pour moi celui de la concrétisation d’un rêve : celui de voyager en Iran.

 

Je suis mieux intégrée que jamais, et la perspective de partir se confond maintenant avec l’impression de quitter mon pays. Je suis fière de mes progrès en géorgien, et me sens enfin pleinement à ma place dans cette ville, ce pays, cette culture. J’ai la sensation d’avoir trouvé ici des amis, et même une famille de substitution : mes colocataires sont devenues comme mes sœurs, et leur famille, chez qui je me rends parfois avec elles, ou qi vient nous rendre visite redouble d’attentions pour moi.

Juin 2017

Avec l’accord de mon ONG je décide de prolonger de 10 jours mon séjour en Géorgie, afin de pouvoir participer à un projet Erasmus dans l’organisation duquel je me suis particulièrement impliquée. Un training d’une semaine sur le développement personnel, la gestion de conflits, la communication non-violente. Un training parfait pour conclure cette expérience, me faire prendre conscience de ce que j’ai appris ici, de mon évolution personnelle, et qui me permet d’ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir. J’apprends à écouter mes envies et mes besoins, à m’affirmer, à croire en des projets que j’aurais jugés impossibles ou utopiques quelques mois plus tôt.

Le 16 juin 2017, le départ arrive enfin. C’est un véritable déchirement de quitter mon nouveau pays, et toutes les personnes qui ont fait partie de mon quotidien pendant ces derniers mois. Je me rends compte à quel point le fait d’être à l’étranger, d’avoir conscience que l’on est là pour une durée limitée peut accélérer l’attachement que l’on porte aux gens. Les relations se créent plus vite, sont plus intenses, plus profondes. Néanmoins, le retour en France sonne comme un nouveau départ : j’ai plus que jamais le désir de continuer à voyager, apprendre, revivre ce type d’expériences, accompagné d’une confiance en moi nouvelle. Je sais désormais ce que je veux, je sais m’affirmer, croire en capacités, notamment à dépasser mes propres limites.

 

Au cours de mon SVE, j’ai également tenu un blog plus personnel, sur mes différents voyages et excursions, mes expériences de stop, quelques remarques sur la culture géorgienne… Et bon nombre de photos.

à la disposition de votre curiosité : http://tbilisevs.tumblr.com/.

 



28/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 249 autres membres